Fun Factory Share : un partage de sensation

Quel est ce drôle de joujou ? Comment l’utilise-t-on ?
Facile ! C’est en fait un gode ceinture sans harnais. Alors comment on fait pour l’utiliser convenablement ?
La partie la plus courte s’insère dans le vagin de madame pour pratiquer cette activité dite “Pegging” ou pour les moins anglophones, “sodomiser son partenaire masculin”. Le jouet reste en place dans le vagin grâce au périnée et permet de pénétrer le/la partenaire avec l’autre partie. Le Share permet aussi la pénétration d’une femme par une autre femme que ce soit une pénétration vaginale ou anale.

Packaging :

On retrouve une boite cartonnée avec une vitrine en plastique sur le dessus nous permettant de voir le jouet à l’intérieur. On peut “ouvrir” comme un livre la devanture qui renferme à l’intérieur déjà quelques informations sur le jouet. L’ouverture pour accéder au jouet est en haut, comme une boite normale.
On a alors le Share dans un contenant carton et en dessous on a deux échantillons de lubrifiant, un carnet mode d’emploi et un carnet avec toute la collection Fun Factory.
Sur le dos de la boite vous pouvez voir une photo avec 3 différents godes type Share. Le plus petit, le XS ne se fait apparemment plus, par contre il existe maintenant un Share Vibe qui vibre grâce à un bullet.

Design et ergonomie :

Le Share d’un seul tenant est entièrement en silicone médical donc totalement sain pour vous. Le notre est violet, il existe également en rose clair et noir. Le silicone est assez doux au toucher mais attire bien la poussière. Et c’est à ce moment qu’on regrette que Fun Factory ne livre pas de pochette directement avec. Elles sont par contre en vente individuellement.
La gamme Share est composée de 3 jouets différents : le Share que nous possédons, le Share XL aux dimensions plus imposantes et le Share Vibe qui est vibrant grâce à un bullet amovible.

Pour ce qui est des dimensions le Share est d’une taille assez intermédiaire ( pour nous ) et une fois en main, la partie vaginale me semblait assez imposante. On discerne bien la partie vaginale interne qui est plus courte et large ( 10cm de long pour 4,2 cm de diamètre ) de la partie active externe qui est beaucoup plus longue et fine ( 16cm de long pour 2,7cm de diamètre ).

Le Share est très flexible, la partie vaginale peut se rapprocher de l’autre partie ou s’en écarter jusqu’à un presque angle plat. Je suppose qu’il doit donc être capable de s’adapter à la plupart des morphologies.

Utilisation :

Sur le papier le Share m’attirait beaucoup : pouvoir pratiquer le pegging sans harnais entre mon chéri et moi, juste peau contre peau, le rêve. En plus Fun Factory promet qu’avec le Share, les deux parties donnent des sensations. Youpi !
Passons au test ! D’abord, chéri lubrifie la partie vaginale du jouet et me l’insère doucement. Ce n’est clairement pas le jouet le plus discret qui m’ait pénétrée : il est assez large et on sent bien sa présence. Je regarde mon bas-ventre : on dirait vraiment que j’ai une queue… mais violette ! J’avoue que j’aurais préféré une couleur chair pour faire plus illusion mais bon.. Ça ira, ce n’est qu’un détail !
Je me redresse un peu : c’est assez lourd ( 432 grammes ouais !), en tout cas bien plus que me boules de Geisha Lelo mini Beads qui sont le seul accessoire que j’ai l’habitude de “porter”.
Bref, je lubrifie bien la partie externe, attend le feu vert de mon chéri et c’est parti.
Observations : le silicone a beau être très doux, il faut énormément lubrifier le Share sinon il y a une sensation “d’accroche” très désagréable. Je n’avais pas encore eu ce genre de problème avec un jouet en silicone. Problème oui et non, s’il faut ABSOLUMENT utiliser un lubrifiant à base d’eau ( jouet en silicone = lubrifiant à base d’eau, vous connaissez la chanson ), utiliser la quantité nécessaire ( faut pas être radin quoi ) suffira à une expérience agréable. On vous conseille aussi utiliser un lubrifiant à base d’eau spécial anal. On utilise pour notre part le lubrifix et il est tout de même nécessaire d’en remettre de temps en temps.

De mon coté, dès que je commence les vas-et-vient je sens le jouet glisser : mon périnée n’est pas assez fort pour le retenir. En plus les stimulations au niveau du point G entraînent une forte lubrification naturelle ce qui laisse encore plus le Share glisser facilement. C’est très dommage, et en même temps c’est compréhensible, 432 grammes ce n’est pas rien quand même.. Mon périnée n’est pas entrainé pour ça ( au boulot ! ).
Je tiens quelques allers-retours avant de devoir soutenir avec ma main. Même si c’est donc un jouet sans harnais, et bien l’utilisation d’un harnais peut être utile pour que le Share tienne bien en place.
Lorsque je soutiens avec ma main je perds en grande partie les sensations de stimulation du point G.
J’aime quand même beaucoup utiliser le Share pour pratiquer le pegging avec mon chéri : lui faire plaisir tout en étant stimulée en même temps.. Double plaisir !

Le point de vue du Chéri ( quand même .. ) :

Au premier abord le Share a un aspect assez impressionnant quand on le regarde dans son intégralité, mais si l’on se contente d’observer la partie pénétrante, il est de suite plus rassurant. Cette impression est renforcée par sa forme relativement fine au début et un diamètre augmentant au fur et à mesure. Il est très agréable au touché et semble assez souple pour ne pas craindre de se faire mal avec. Dans l’ensemble le silicone semble être de très bonne qualité et les finitions sont tout à fait correctes.

Coté sensations, l’extrémité étant d’une taille raisonnable il est tout à fait utilisable par un débutant à mon avis. La sensation de pénétration est agréable et sans réelle douleur au début. Plus on enfonce le Share plus il s’élargit. On peut choisir un rythme adapté à chacun et donc offrir une expérience très sympa pour tous. Le seul point négatif semble être la sensation « d’accroche » que peux avoir le silicone si l’on a pas été très généreux en lubrifiant de bonne qualité.

Même ayant commencé le pegging avec un gode plus large ( on a pas froid aux yeux ici! ), le share me semble être un bon compromis pour commencer la pratique sereinement et pouvoir en profiter un petit moment avant d’envisager plus gros.
C’est à mes yeux un jouet idéal pour découvrir de nouveaux plaisirs avec sa partenaire et une nouvelle sensation quand vient l’orgasme dont il serait dommage de se priver !

Utilisation détournée :

En prenant dans la main la partie “vaginale” on peut l’utiliser comme poignée pour pénétrer sa/son partenaire. Monsieur peut l’utiliser comme ça ( ne disposant pas d’un vagin, mais de mains si! ) sur madame, pour par exemple simuler une double pénétration ( c’est pratique ! )
Mogwai nous racontait sur son blog il y a un petit moment comment il avait testé la double pénétration de sa partenaire sans les mains avec un jouet similaire.

Conclusion :

L’idée de base était vraiment top mais il est dommage que le Share ne tienne pas parfaitement en place.. Un deuxième point négatif serait le silicone : bien que doux et hypoallergénique, il reste assez rugueux et consomme beaucoup de lubrifiant très vite laissant une sensation moins agréable à la pénétration.
On aime quand même beaucoup s’amuser avec, de plusieurs façons et on se laissera peut être tenter par les autres modèles de la gamme…!
Le Share est disponible a 74,90€ sur les sites que j’ai consulté.

 

Fun Factory Share

74.90
8

Apparence

9.0/10

Efficacité

7.0/10

Prix

8.0/10

Pros

  • Double stimulation
  • Plusieurs configurations
  • Bien pour débuter

Cons

  • Sensation d'accroche rapide
  • Besoin de beaucoup de lubrifiant

1 commentaire sur “Fun Factory Share : un partage de sensation”

  1. Explication très complète ( taille poids utilisation) cela donné envie d’essayer le peging mais avec un autre modèle peut être

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.