Le porno et moi

Mes débuts face au porno

J’ai commencé à regarder des « vidéos pour adultes » très tôt. J’étais comme fascinée par la nudité et par les émotions fortes que les acteurs semblaient ressentir. Probablement parce qu’à l’époque je n’avais pas conscience que ce n’étaient que des acteurs. J’ai appris à me masturber d’abord en imitant ce que je voyais sur ces sites.

Je passais des heures dessus, toutes catégories confondues à étudier les possibilités. Pourtant, cela ne me donnait pas envie de le vivre, d’amener le sexe dans ma vie. Me masturber de temps en temps « pour faire pareil » de manière ludique si je puis dire me suffisait amplement.

Au fil du temps

Je n’ai jamais arrêté vraiment de regarder du porno, mais ma vie sexuelle IRL (comprenez « dans la vraie vie » ) a évolué : je faisais du sexe dans la vraie vie, et ce n’était clairement pas comme sur les vidéos que je regardais.

J’ai fini par me rendre compte que ces vidéos imageaient souvent des fantasmes inavoués : je retournais souvent vers le même genre de catégories, d’images, qui me procuraient un plaisir immédiat, je me masturbais en même temps. Pourtant à peine fini, je ressentais toujours cette gêne, je me sentais sale, perverse, malsaine… Je m’en voulais de prendre du plaisir sur ce genre d’images, j’avais honte, je voulais oublier.

Et le lendemain soir je recommençais.

J’ai mis longtemps avant de réussir à assumer, de moi à moi, que j’aimais le porno, que j’aimais me masturber avec un support visuel. Que j’aimais regarder des situations que je ne voudrais pas forcément vivre, et d’autres qui me rappellent des moments déjà vécus.

Aujourd’hui

Aujourd’hui je ne me masturbe que très rarement sans vidéo. Le porno fait partie de ma vie depuis une dizaine d’années et j’aime sa présence. Il développe mon imagination,  me fait ressentir plus fort plus vite quand je suis seule.

Je trouve que mon rapport au porno n’a jamais été aussi sain : j’en regarde quand j’ai envie de me faire plaisir, je ne le cache pas à mon chéri, et j’ai pleinement conscience que ce sont des acteurs ( hors vidéos amateurs.. et encore : la plupart se mettent en scène !). Le porno n’est aujourd’hui là que pour stimuler mon imagination, et donner un coup de boost à mes plaisirs solitaires.

J’ai néanmoins mis longtemps à assumer cette partie perverse de moi : une fille ça ne regarde pas du porno ! Encore moins pour ce masturber dessus. Encore encore moins du porno trash ( oui ça m’arrive ).

Aujourd’hui je ne le cache plus : oui je regarde du porno et alors ? Je le fais, je l’assume et j’aime ça. Je ne veux plus être jugée pour ça. En fait, bien que ce fût une source de pudeur, je ne vois aujourd’hui plus ou est le problème ?!

Pourquoi est-ce que c’est ok de regarder du porno ?

À mes yeux, le porno n’est autre qu’un moyen d’augmenter son excitation sexuelle lors d’un plaisir solitaire. Il n’est pas forcé d’avoir envie ou besoin d’un support visuel pour s’exciter ou se masturber, ou encore stimuler son imagination. Il est pour autant normal d’en ressentir parfois l’envie. Certaines personnes, préféreront la littérature érotique, d’autres des photos ou vidéos, d’autres des musiques particulières..

Pour moi, la pornographie, au même titre que la littérature érotique, me donne des idées de scénarios à mettre en place avec mon chéri. Elle stimule en permanence mon imagination.

Lorsque j’ai envie d’un plaisir en solitaire elle me permet aussi d’augmenter mon niveau d’excitation, et ça c’est cool !

C’est ok, mais pas trop ?

Le porno doit rester un plus et ne pas prendre le pas sur les vraies relations. J’adore mes moments solos avec ma petite vidéo, mais jamais je ne refuserais mon chéri pour matter un porno ! La vraie vie avant tout ! Ou alors on regarde ensembles, mais ça c’est une autre histoire !

Il faut aussi bien comprendre que ce sont des acteurs, qui jouent des scènes scénarisées. Dans la vraie vie ce n’est pas comme dans le porno. Il faut toujours pratiquer une activité sexuelle dans le respect des autres et avec leur consentement. Le consentement c’est aussi s’assurer qu’il est ok de tenir certains propos ou d’avoir certains gestes… Toutes les nanas n’apprécient pas forcément les claques aux fesses, le tirage de cheveux ou se faire traiter de « chienne » et autres surnoms affectueux.

Alors profitez-en si vous en avez envie, mais n’abusez pas !

 

 

Je me suis récemment initiée à une autre catégorie de films pornographiques : le porno féminin. Le vrai pas la catégorie absurde sur ces sites connus qui ne montrent en fait que des vidéos lesbiennes. Ou presque.

Je vous en parle bientôt !

1 commentaire sur “Le porno et moi”

  1. Très bel article..le porno fait partie demander vie également…certaines catégories que je trouvaient choquantes sont devenues un plaisir visuel…en mûrissant on as envi de découvrir d’autres horizons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.